GALERIE MAKET

LE PASTEL


Le pastel est à mes yeux un moyen incomparable pour rendre ce que Valéry appelle “la profondeur de la peau”, en révéler la volupté, la lumière, en restituer le grain, la transparence, en exprimer la fermeté et la souplesse. Je dois avouer qu’il exerce sur moi une grande fascination.


Il est séduisant, attirant ; à la première approche il sollicite la main. C’est un matériau que je qualifierai de féminin.


Il est fragile et réfractaire, ses réactions sont mystérieuses et déroutantes.


Il captive par sa délicatesse à l’instar d’une aile de papillon. Ambigu, il s’offre au regard pour mieux se dérober aux doigts. Le velouté cache la rigueur de sa mise en œuvre.


Il esquive sa matérialisation.


J’aime ce lent travail d’approche, cette longue sélection des ponts, cette rigueur nécessaire à la formulation.

JEAN-PIERRE LE BOZEC



POUDRES DE LUMIÈRE